HISTORIQUE DU VOILIER LA BELLE POULE

Histoire de la goélette Belle-Poule – 1/3.

La Belle-Poule à Brest 96En 1930 l’Ecole navale est ” à terre ” depuis 1914, année qui vit la condamnation du dernier vaisseau à bord duquel elle était traditionnellement embarquée : Le Borda.
Il n’y a plus de navire à voile dans la Marine nationale, on ne croit plus aux vertus de ce mode de propulsion, la modernité est là. Les midships(1) font leur apprentissage sur des bâtiments à propulsion mécanique.
Certains le regrettent et pensent que la voile doit être considérée comme la seule méthode efficace pour former correctement un officier, lui faire acquérir du sens marin.

En effet, le voilier, dépendant plus directement des éléments, met souvent ceux qui le dirigent dans des situations d’où ils ne peuvent se tirer sans l’habilité manœuvrière et le coup d’œil qui forment le ” sens marin ” indispensable à tous ceux qui se destinent à commander à la mer. Une polémique naît au sein de la Marine au terme de laquelle on s’accorde à reconnaître que la pratique de la voile, même réduite à un temps assez court, affermira les qualités du marin.

Le principe d’un voilier école étant acquis, il restait à définir ce que sera ce nouveau navire. On ne prévoit pas de long séjours à bord pour les élèves officiers , seule une partie de la promotion doit pouvoir être embarquée pour de courtes croisières aux alentours de Brest. Il ne faut pas un bateau trop grand, mais il doit rester très marin, souple d’emploi, apte à supporter les coups de vent qu’il ne manquera pas de rencontrer pendant l’hiver en Iroise, capable de louvoyer dans le goulet de Brest et de trouver refuge le cas échéant dans les mouillages et les ports bretons.
Voilure initialeLes élèves y effectueront de cours séjours, mais à plusieurs reprises, et devront rapidement pouvoir y prendre des responsabilités.

Le choix est fait en 1931. Il y aura deux bateaux relativement modestes et la goélette “islandaise” semble répondre parfaitement au besoin.
C’est le Chantier naval de Normandie, à Fécamp, expert dans la construction des goélettes de pêche, qui construira ces voiliers. Les noms des navires sont choisis. l’un s’appellera Belle-Poule et l’autre Etoile (ci-contre, le plan de voilure initial, avec double hunier).

La construction

La construction sera suivie pour la Marine par le lieutenant de vaisseau Richard, commandant désigné de la Belle-Poule. Cet officier aura pour interlocuteurs MM. Chantelot et Lemaistre qui dirigent le chantier de Fécamp. Tous trois ont un caractère assez fort.

Les caractéristiques sont arrêtées comme suit :

 

– Ces seront des goélettes à double hunier, sur le modèle des goélettes d’Islande, mais qui devront avoir un peu plus d’élégance dans la forme ;
– Le déplacement sera de 215 tonnes, la longueur de 37,50 m. hors tout et de 25,30 M. entre perpendiculaires , la largeur au maître-bau(2) de 7,20 m., le tirant d’eau de 3,50 m , le tirant d’air de 30 mètres ;
– La surface de voilure sera de 425 mètres carrés ;
– La coque sera construite en chêne et à double coque, le chevillage sera en cuivre et un doublage en cuivre recouvrira les œuvres vives ;
– Le pont et la mâture seront en pin d’Oregon ;
– Les emménagements seront spartiates et conçus pour 30 élèves officiers, 5 officiers-mariniers, 12 quartiers-maîtres et marins et trois officiers, commandant compris ;
– Un moteur permettra de réaliser en charge normale une vitesse de 6 nœuds ; Il n’y aura qu’une seule ligne d’arbre avec hélice en bronze à deux pales pouvant être immobilisée dans le plan longitudinal pour ne pas diminuer les qualités manœuvrières du bâtiment.

La Belle-Poule à Fécamp pendant son armementLa Belle Poule est mise en chantier fin juillet 1931. La construction dure 6 mois au cours desquels le lieutenant de vaisseau Richard et M. Lemaistre auront maintes fois des discussions passionnées. Ce dernier connaît son affaire, il a construit de nombreuses goélettes et accepte assez mal les remarques de Richard. C’est probablement au cours de l’une de ces joutes verbales que le double hunier, initialement prévu, va disparaître pour laisser la place à un hunier simple à rouleau bien plus pratique et typique des goélettes construites par le chantier.

Le lancement de la Belle-Poule

Le lundi 8 février 1932, la Belle Poule est lancée. Le Journal de Fécamp rapporte : ” … Ce matin vers 11h30 s’est déroulée au milieu d’une assistance aussi nombreuse qu’intéressée, le lancement du navire la Belle-Poule, dont la construction fut confiée par la Direction centrale des constructions navales, au chantier naval de Normandie (CNN) que dirigent si bien MM. Chantelot et Lemaistre. De nombreuses personnalités assistaient à la cérémonie … A peine la clé qui retient le navire est-elle enlevée d’un solide coup de marteau que la coque qui, sous le grand hangar, paraît gigantesque se met à glisser doucement puis à une grande vitesse, et c’est au milieu de gerbes d’eau et d’écume que le beau navire entre dans les flots…“.

La Belle Poule quitte Fécamp le jeudi 12 mai. Son premier voyage l’amène à Brest, sous le commandement du lieutenant de vaisseau Richard.

error: Contenu protégé ! !!